Le démarrage du projet

Le projet a démarré avec la sélection de quelque 320 termes de base, en langue anglaise, pris dans les glossaires existants de l’ICA et d’InterPARES par la Directrice du projet et validés par l’ICA SAE. 

Les premières traductions ont été effectuées par une équipe composée d’étudiants (niveau master ou doctorat) de l’Université de la Colombie britannique (School of Archival, Library and Information Studies), d’experts et de stagiaires de plusieurs archives nationales, et de chercheurs dans le domaine de l’archivistique au sein d’universités de premier plan. Pour chacun de ces termes, il a ensuite fallu chercher des définitions dans les différentes langues en consultant, le cas échéant, des sources faisant autorité en la matière et en tenant compte des pratiques courantes. Les citations indiquées dans le cadre des définitions permettent d’en connaître la source.
Les langues sélectionnées correspondent au profil des volontaires que l’équipe a pu réunir au moment de la traduction, et témoigne d’une grande volonté de collaboration et de participation internationales. À l’avenir, il est prévu d’ajouter des langues supplémentaires, la base de données étant dynamique et offrant la possibilité d’accueillir à tout moment de nouvelles langues.