ICA-Req est maintenant disponible en français !

Cela a pris environ un an, mais le résultat final vaut la peine d’être salué. La version française d’ICA-Req, dont la traduction a été soutenue à la fois par la direction des Archives de France et par les Archives nationales d’Australie, qui ont initié le projet, a été officiellement lancée le 3 décembre 2010.

 

 

Le 3 décembre, le Secrétariat de l’ICA a accueilli l’équipe de jeunes professionnels qui ont bénévolement traduit, sous la direction de Marie-Anne Chabin, les « Principes et exigences fonctionnelles pour l’archivage dans un environnement électronique ». « Cela a été une expérience productive, non seulement pour vous, je l’espère, mais aussi pour le Secrétariat qui a pu développer sa réflexion sur les méthodes et les projets de traduction », a souligné Christine Martinez, Secrétaire Générale Adjointe pour le Programme. David Leitch, Secrétaire général de l’ICA, a insisté sur la nécessité pour l’ICA de fournir plus de contenu professionnel dans de nombreuses langues.

 

Marie-Anne Chabin a encouragé l’équipe à continuer, soulignant qu’il existe de nombreux articles écrits en anglais, qui pourraient avantageusement être traduits en français ou en d’autres langues. Parmi les partenaires possibles, Marie-Anne a mentionné l’IRMT, dont les modules et les études de cas pourraient utilement être diffusés dans les pays francophones.

La traduction d’ICA-Req n’est pas le point final du projet : la deuxième phase, qui a pour objectif d’élaborer des scenarios de mise en œuvre et des modules de formation, comptera avec deux représentantes de l’équipe de traduction, Alice Chateau et Vanessa Szollosi, tandis que le reste de l’équipe s’impliquera dans la traduction et la diffusion du produit.

Grâce à l’Université de Renmin et aux Achives nationales d’Uruguay, les versions chinoise et espagnole d’ICA-Req seront bientôt disponibles dans le centre de ressources de l’ICA.

Nous remercions les traducteurs dont les noms sont mentionnés dans l’avant-propos à la version française, ainsi que les Archives nationales d’Australie pour leur soutien et leurs conseils.

Photos du 3 décembre 2010