Nécrologie Desmond Tutu

Graham Dominy | Traducteur : Perrine Canavaggio | 28 December 2021

DESMOND TUTU (1931-2021)

 

"Nous avons honte de cette partie de notre histoire mais c'est quand même notre histoire. Et elle est là, conservée dans nos archives nationales... Les archives sont cruciales pour nous permettre de rendre des comptes... Elles sont un puissant rempart contre les violations des droits de l'Homme. Nous devons nous rappeler notre passé pour faire en sorte qu'il ne se répète pas."

 

L'archevêque émérite Desmond Mpilo Tutu, figure transcendante de la lutte de libération de l'Afrique du Sud, est décédé le 26 décembre 2021 à l'âge de quatre-vingt-dix ans. Comme le saint Thomas Beckett du Moyen Âge, il était aussi un "prêtre turbulent", détesté par l'autorité séculière. Les archivistes se souviendront de l'émouvant discours qu'il a prononcé lors de la conférence de la CITRA du Cap en 2003 sur les archives et les droits de l'homme. A bien des égards, cette conférence a tracé une nouvelle voie pour l'ICA et a conduit à la création de la section Archives et droits de l'homme.

Desmond Tutu est né à Klerksdorp, dans l'ancienne province du Transvaal, et a souffert de plusieurs maladies infantiles graves, dont la polio. Malgré la situation modeste de ses parents, il a réussi à obtenir une bonne éducation et a suivi une formation d'enseignant, l'un des très, très, rares métiers ouverts aux Noirs éduqués dans les années 1950. Pendant qu'il enseignait, il a rencontré et épousé sa femme Leah, et le couple a eu quatre enfants. L'imposition des restrictions de l'apartheid sur l'éducation des Noirs est l'un des nombreux facteurs qui l'ont décidé à devenir prêtre. Toutefois, c'est au père Trevor Huddleston, un des premiers critiques de l'apartheid, qu'il attribue le mérite d'avoir éveillé son sens de la foi et de la mission.

Après une formation dans des séminaires sud-africains, l'Église anglicane l'a envoyé au King's College de Londres, pour des études supérieures. De retour en Afrique du Sud, il gravit rapidement les échelons de la hiérarchie de l'Église et est élu secrétaire général du Conseil des Églises d'Afrique du Sud (South Africa Council of Churches). Le SACC était un critique majeur de l'apartheid et, dans ce rôle, les jugements de Tutu sur les politiques répressives du gouvernement lui ont valu le titre d'"ennemi public numéro un". Tutu ne s'est pas contenté d'attaquer le gouvernement du Parti national depuis les podiums et les chaires, mais il a travaillé concrètement sur le terrain pour soulager la souffrance humaine et encou-rager les pauvres. Il a fait preuve de beaucoup de courage physique en affrontant la police anti-émeute et en calmant les foules déchaînées. Il a reçu le prix Nobel de la paix en 1984.

Outre son courage moral et physique, Desmond Tutu avait un sens de l'humour délicieusement malicieux qu'il déployait pour désamorcer les situations tendues et pour se moquer gentiment des pédants et des oppresseurs. L'une de ses remarques les plus célèbres était la suivante :

"Quand les missionnaires sont arrivés en Afrique, ils avaient la Bible, et nous avions la Terre. Ils ont dit : "Prions." Nous avons fermé les yeux. Quand nous les avons ouverts, nous avions la Bible, et eux, la Terre."

Il a été installé comme archevêque du Cap et chef de l'Église anglicane d'Afrique australe en 1986, fonction qu'il a occupée pendant dix ans. Il a affronté le président de l'État d'apartheid, P.W. Botha, qui lui a retiré son passeport pour l'empêcher de rallier la sensibilité anti-apartheid à l'étranger. Au cours des années difficiles qui ont précédé les premières élections démocratiques de 1994, Tutu s'est efforcé de réconcilier les Noirs et les Blancs, ainsi que les différentes factions des communautés noires qui étaient impliquées dans des actes de violence les unes envers les autres.

À l'aube de la démocratie, son mandat d'archevêque du Cap arrivait à son terme et le nouveau président, Nelson Mandela, l'a nommé à la tête de la Commission pour la vérité et la réconciliation, la TRC (Truth and Reconciliation Commission). Dans ce rôle, il s'efforce de favoriser la réconciliation nationale malgré l'opposition et la contestation de la droite et de la gauche. Qui peut oublier les images de "l'Arche", alors qu’il pleurait en écoutant les témoignages les plus déchirants ?

Ma première rencontre directe avec Desmond Tutu a eu lieu lors de sa visite à Pietermaritzburg en tant qu'archevêque du Cap. Je l'ai écouté prêcher dans une cathédrale bondée et j'ai réussi à persuader l'évêque du Natal de l'amener au Macrorie House Museum. Il s'agissait d'une petite maison-musée victorienne dédiée à la mémoire d'un évêque anglican du XIXe siècle. Le musée reflétait un schisme dans l'Église anglicane datant de l'ère victorienne et c'était un endroit approprié pour que Tutu prie pour la récon-ciliation. Son attitude avec le personnel et le comité était particulièrement douce et ouverte. Je me souviens que le jardinier était totalement impressionné et que Tutu était très gentil avec lui. Le jeune homme a dit qu'il se souviendrait de cette rencontre le restant de sa vie.

Cette rencontre m'a permis d'entrer dans son bureau quelques années plus tard, lorsque je l'ai approché pour lui demander s'il voulait bien être l'orateur principal de la conférence de la CITRA 2003 qui devait se tenir au Cap. Il a gracieusement accepté l'invitation et a bien voulu parler des expériences de la TRC et de l'importance des archives pour son travail.

Le thème de la conférence de la CITRA était "Archives et droits de l'homme", et l'archevêque était l'un des plus grands défenseurs des droits de l'homme en Afrique du Sud, avec une réputation mondiale. Il n'avait pas cessé de faire campagne avec l'avènement de la démocratie. Alors que l'expérience démocratique sud-africaine perdait de son éclat, Desmond Tutu est devenu l'un des critiques les plus virulents des politiciens corrompus et des pratiques dissimulées. À maintes reprises, il a rappelé à la nation ses idéaux et le souvenir de ceux qui avaient souffert et s'étaient sacrifiés pour construire une démocratie. Parfois, il parvenait à faire honte aux politiciens vénaux pour qu'ils changent de comportement, ou du moins qu'ils cachent un peu mieux leurs méfaits.

Sur le plan international, il est l'un des fondateurs du groupe des sages, qui comprend l'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, l'ancien président américain, Jimmy Carter, la veuve de Nelson Mandela, Graça Machel, et l'ancienne présidente irlandaise, Mary Robinson. Ce groupe a été fondé pour servir de médiateur dans les conflits difficiles, réduire les tensions et éviter la violence. Tutu était également un partisan des droits des Palestiniens, mais il faisait soigneusement la distinction entre le peuple d'Israël et les politiques de son gouvernement.

Concluons avec ses propres mots,

"J'aimerais pouvoir me taire, mais je ne peux pas, et je ne le ferai pas."

Puissions-nous, en tant qu'archivistes, conserver le souvenir de sa voix et tenter de préserver son héritage.

 

Graham Dominy, Archiviste d’Afrique du Sud en retraite et membre de ICA SAHR, 28 décembre 2021

Téléchargements