Ian E. Wilson

Ancien Président de l'ICA (2008-2010)

Directeur Exécutif, The Stratford Institute, Canada

 

 

 

Biographie

M. Wilson a dirigé les Archives nationales du Canada de 1999 à 2004 avant de prendre la tête de la nouvelle entité fusionnée Bibliothèque et Archives Canada. Il a pris sa retraite en 2009 et a été alors nommé directeur honoraire de Bibliothèque et Archives Canada, une distinction exceptionnelle. Il travaille actuellement avec l'Université de Waterloo à la création de l'Institut Stratford pour les médias numériques et vient d’achever un mandat de deux ans en tant que président du Conseil international des archives (2008-2010).

M. Wilson a débuté sa carrière d’archiviste à la Queen’s University de Kingston, en Ontario. Son mémoire de maîtrise analysait la politique culturelle canadienne à travers le prisme de l'histoire des archives nationales du Canada. Il a été archiviste de la Queen’s University (1970-1976), archiviste de la province de Saskatchewan (1976-1986) et archiviste de la province de l'Ontario (1986-1999), avec la responsabilité des bibliothèques publiques de l'Ontario pendant quatre ans. En 1999, il est devenu le septième directeur des Archives nationales du Canada. En collaboration avec le directeur de la Bibliothèque nationale de l’époque, Roch Carrier, il a préparé et conduit la fusion des deux institutions vers la nouvelle structure de Bibliothèque et Archives Canada. M. Wilson a été le premier à diriger cette institution innovante consacrée au développement du patrimoine documentaire du pays sur tous les supports et à la fourniture d'un accès adéquat aux citoyens grâce au développement important des services en ligne.

Sur la scène internationale, le Dr. Wilson a été élu Président de la CITRA en 2000 et vice-président du Conseil international des archives ; il a présidé les réunions de la CITRA en Islande (2001), à Marseille (2002) et au Cap (2003). En 2008, il a été élu président de l'ICA et a représenté la communauté des archivistes dans de nombreux colloques de Séoul à Tamarasset en passant par Riga, Trondheim, Oslo, Paris, Austen et Tokyo.

La carrière de M. Wilson couvre de nombreux domaines, notamment la gestion de l’information, l’archivistique, l'enseignement universitaire et les services administratifs. Il s’est appliqué à développer l’accessibilité et l’intérêt pour les archives auprès d’un public varié. Tout en se souciant de préserver l'intégrité des services d’archives et de bibliothèques, il a encouragé la participation du public et les actions de sensibilisation. Il a publié de nombreux ouvrages sur l'histoire, les archives, le patrimoine et la gestion de l'information et a donné des conférences au niveau national et international. Il a été nommé trois fois docteur honoris causa, est membre de l'Ordre du Canada, et a été élevé au grade de Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres par le gouvernement français. Il est également membre du Conseil international des archives, de l'Association des archivistes canadiens et de la Société des archivistes américains.

Ian Wilson Tribute

Les raisons de ma bonne expérience à l'ICA

Au cours de la dernière décennie et grâce aux efforts du plus grand nombre, j’ai constaté que l’ICA est devenue une organisation internationale globale et variée. Elle s’est efforcée de comprendre et de donner la parole à toutes les grandes traditions archivistiques de la planète et elle a permis d’augmenter le nombre de représentants de différents types d’archives, et la variété des pratiques archivistiques. Ainsi, travailler à l’ICA, en se rendant aux réunions des sections professionnelles et des branches et en participant à leurs travaux, fournit une perspective professionnelle unique.

Les Etats, riches et pauvres, les archives, grandes ou petites, et les archivistes dans toute leur diversité sont guidés par les mêmes valeurs et le même engagement profond, et ils adaptent les principes et les pratiques traditionnels au contexte actuel. Tout cela favorise de riches échanges au cours des réunions officielles, mais aussi au des innombrables conversations informelles. A l’occasion de toutes les réunions de l’ICA, les archivistes discutent et débattent de questions d’intérêt commun ; ils explorent d’autres approches à des problèmes similaires ; travaillent à développer des normes et à définir les meilleures pratiques et à mettre en œuvre des projets communs. Ce sont des occasions uniques, où chacun essaye d’aider les autres et d’apprendre des collègues. Elles renforcent l’âme des archives. Les discussions se prolongent par des échanges électroniques et à l’occasion des réunions locales. Des amitiés se crééent et ensemble nous faisons progresser le monde international des archives. Finalement, avec le recul, beaucoup de choses ont certainement été accomplies – jamais aussi rapidement que certains le souhaiteraient – et l’amitié reste vivante.

 

Ma définition de l'ICA

Dans un monde global, avec une forte interaction entre beaucoup de sociétés et de cultures, le patrimoine documentaire du monde est un héritage à partager. Le patrimoine documentaire n’est plus confiné au sein des frontières institutionnelles ou nationales mais il est collectivement alimenté par la mémoire partagée de l’humanité. C’est un véritable héritage qui se transmet d’une génération à une autre et qui défini parfaitement notre Humanité. L’ICA est essentiel pour assumer cette responsabilité.