« Nouveaux Professionnels », promotion 2020

Nous avons le plaisir de vous présenter le nouveau groupe des archivistes et gestionnaires de documents qui vont travailler ensemble au cours de l’année à venir dans le cadre de projets liés à la communication, la défense et la promotion de la profession. 

Nous vous invitons à consulter leurs biographies afin de prendre connaissance de leur parcours professionnel et de leurs travaux universitaires. 

Razan Ahmad (Jordanie) 

Razan est titulaire d’une licence dans le domaine de la conservation et de la restauration d’archives ainsi que d’un master en bibliothéconomie et en sciences de l’information. Elle a débuté sa carrière professionnelle en 2017 en se chargeant de la numérisation de diapositives 35 mm, de négatifs, de cassettes vidéo, de textes imprimés, de transparents ainsi que d’autres supports et en veillant à la bonne manipulation de tous les documents d’archives. 

Elle a ainsi scanné et numérisé plus de 18 000 diapositives, dont celles de la photographe britannique Jane Taylor, du journaliste et analyste politique Rami G. Khouri, de l’officier britannique Charles Wilson et des archéologues George Bass, Robert Schick et Linda K. Jacobsa. Elle a également collaboré avec les membres de l’équipe d’archivistes du Centre américain de recherches orientales (American Center of Oriental Research – ACOR) pour former de nouvelles recrues à la numérisation de supports d’archives et pour élaborer des manuels de formation en matière de numérisation. Elle a animé des formations sur la numérisation de photographies au sein de l’ACOR et a collaboré au projet « MAdih » relatif à la cartographie du patrimoine culturel numérique, projet mené par le Conseil pour la recherche britannique au Levant (Council for British Research in the Levant – CBRL) de l’Institut britannique d’Amman (2019). 

Razan a participé à de nombreux ateliers et a suivi plusieurs formations, dont une sur l’histoire orale et les archives sonores, dédiée aux techniques de répertoriage, de traitement et d’édition des archives numériques sonores relatives à l’histoire orale en Jordanie, organisée à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO), et une autre sur les Techniques de gestion de fonds et de documentation proposée par l’UNESCO. Elle a participé à des ateliers de formation et a rejoint le projet archivistique « Visualizing Palestine » spécialisé dans la numérisation de cartes. Elle a également assisté aux 2e et 3e séances des réunions sur la Stratégie jordanienne en matière de patrimoine culturel, ayant respectivement pour thème « Musées, Sensibilisation et Enseignement » et « Recherche et Études » et faisant partie du projet intitulé « Patrimoine culturel durable grâce à la participation des communautés locales » (Sustainable Cultural Heritage through Engagement of Local Communities – SCHEP) chapeauté par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) (2019). 

Zoe Dickinson, États-Unis (originaire du Royaume-Uni) 

Zoe Dickinson occupe actuellement le poste d’archiviste/gestionnaire de documentation au sein d’une organisation internationale située à Washington, DC. Auparavant, elle a travaillé à la Banque centrale européenne à Francfort, à l’Agence internationale de l’énergie atomique à Vienne (Autriche) et est intervenue en tant que bénévole au sein de plusieurs organisations en Écosse. En 2016, Zoe a obtenu un master en Gestion et Conservation de l’Information (archivage et gestion documentaire), son cursus comprenant un stage effectué auprès des Archives nationales de Malte. Passionnée de voyages et d’histoire, Zoe a vite compris qu’elle pourrait conjuguer ses deux centres d’intérêt en poursuivant une carrière internationale dans le domaine de l’archivage. 

D’ores et déjà membre active de la Section des organisations internationales (SIO), Zoe s’est portée volontaire pour rejoindre le Comité des recommandations pour la réunion annuelle de Bruxelles (2019). Elle a également fait partie de l’équipe de rédaction chargée de passer en revue les articles devant être publiés dans le numéro spécial de Comma sur les Sections. Elle comptera également parmi les membres du Comité des élections chargé d’organiser la prochaine élection des membres du Comité directeur de la SIO.  

Zoe s’intéresse plus particulièrement aux archives internationales et à la manière dont les groupes minoritaires, notamment les femmes et la communauté LGBTQ+, sont représentés dans les archives. En rejoignant le programme « Nouveaux professionnels », elle espère pouvoir œuvrer en faveur d’une profession plus diversifiée et plus accessible, non seulement pour ses membres mais également pour les usagers des archives. 

Zoe est ravie de faire partie de la promotion de cette année et attend impatiemment le lancement du programme. 

Elisabeth Klindworth, Allemagne 

Archiviste de profession, Elisabeth travaille aux Archives du Land de Bade-Wurtemberg. Elle collabore actuellement à un projet de recherche visant à l’optimisation de l’accessibilité des documents d’archives par la mise en œuvre de méthodes et de technologies issues du domaine de la gestion des données de recherche. En ayant recours à des processus existants en matière de description et de numérisation, le « laboratoire de gestion de données de recherche » cherche à rendre les données plus Facilement retrouvables, Accessibles, Interopérables et Réutilisables (principes « FAIR »). 

À son poste précédent aux Archives du Land de Bade-Wurtemberg, Elisabeth a fait partie de l’équipe chargée de la création et de l’exploitation du système d’archives numériques pour le Land de Bade-Wurtemberg dénommé « DIMAG ». Personne contact au Centre de conseil DIMAG, elle gérait les échanges avec les archives municipales, universitaires et ecclésiastiques du Bade-Wurtemberg qui utilisent DIMAG pour la conservation de leurs archives numériques et leur apportait son assistance. 

Elisabeth est titulaire d’un diplôme de premier cycle universitaire en Archivistique et d’un master en Sciences de l’information de l’Université des Sciences appliquées de Potsdam. 

Ses centres d’intérêt actuels sont en particulier la conservation numérique et la gestion des données de recherche. 

Francesca Mackenzie, Royaume-Uni 

Francesca occupe actuellement un poste d’archiviste numérique aux Archives nationales du Royaume-Uni (TNA). Il s’agit d’une activité à multiples volets, tous très passionnants, les plus importants étant la préparation et l’alimentation du fonds numérique et les recherches permettant de définir le format des fichiers devant figurer dans la base de données PRONOM. Auparavant, Francesca a travaillé aux TNA pendant six mois sur un projet de recherche consacré à l’étude de moyens permettant de relier production participative (crowdsourcing) et apprentissage automatique (machine learning). Elle s’intéresse plus particulièrement à la manière de rendre les archives plus accessibles au plus grand nombre. Le vécu de l’utilisateur et les méthodes nouvelles et différentes de conservation et de sauvegarde des informations figurent parmi ses domaines de prédilection. 

Makutla Mojapelo, Afrique du Sud 

Makutla Gibson Mojapelo est né dans le village de Ga-Molepo dans la province de Limpopo en Afrique du Sud. Actuellement conférencier au département des Sciences de l’information de l’Université d’Afrique du Sud (UNISA), il conjugue son rôle d’enseignant avec ses activités de recherche et ses efforts en faveur du développement communautaire et de la citoyenneté universitaire. Makutla Mojapelo est un jeune universitaire qui a déjà signé deux articles publiés dans des revues à comité de lecture. Il joue également le rôle de relecteur pour des revues locales et internationales. Makutla Mojapelo est titulaire d’un master de l’Université UNISA et poursuit actuellement ses études en vue de l’obtention d’un doctorat en Sciences de l’information. 

Luz María Narbona, Chili 

Archiviste, Luz María Narbona est titulaire d’un master en Histoire des sciences et techniques. Impliquée depuis 2017 dans divers projets archivistiques au Chili dans le domaine de la modernisation des archives et de l’histoire scientifique et socio-environnementale, elle s’est toujours beaucoup intéressée à la transformation des données par la mise en œuvre de nouvelles technologies. Au cours de ses études, Luz s’est penchée plus particulièrement sur le cas de la Bibliothèque de Catalogne et sur les effets de l’arrivée des premiers ordinateurs dans cette Bibliothèque dans les années 1970. Persuadée que les archives sont également un lieu d’expression politique, elle est membre de l’antenne chilienne d’Archivistes sans frontières (AsF Chile) et de l’Asamblea de Archiveras y Archiveros de Chile (Assemblée des archivistes chiliennes et chiliens), association fondée à la suite des soulèvements sociaux d’octobre 2019. 

Troisième réunion de l'année des NPs 2020-2021.11 décembre 2020.