Session 3.8 - Archives et numérisation : role dans la préservation de la culture et des langues

Author(s):

Hemi Jury, Kathryn Lagrandeur, Ellen Røsjø - Grete Gunn Bergstrøm

Date Added:

24 Octobre 2019

Président de séance : Njörður Sigurðsson, Director of Acquisition & Access, National Archives of Iceland

 

a. Le trésor des langues et le langage des trésors | He taonga te reo, me te reo o ngā taonga, par Hemi Jury

Dans le cadre de l’Année internationale des langues autochtones de l’UNESCO, je me suis demandé comment les « Archives sonores des Maoris et du Pacifique » (Archive of Māori & Pacific Sound), où je travaille, favorisaient la préservation, la redynamisation et la promotion des langues autochtones. Tout a commencé avec mon engagement personnel envers Te Reo Māori, la langue maorie. Si je n’étais moi-même pas en mesure d’améliorer mes connaissances du Te Reo Māori, quid de l’avenir de ces archives ? J’ai alors choisi de poursuivre mes études avec l’objectif d’associer ma curiosité pour la langue maorie à mon travail, et me suis inscrit à une formation dispensée en anglais et où il était possible de remettre ses dissertations en maori. Imaginez ma surprise lorsque j’ai découvert que, pour certains concepts et notions de la profession, il n’existait aucune traduction en maori ! Comme si les archives nous lançaient d’ores et déjà des défis, à moi et à cette langue. J’ai donc cherché mon salut dans les fonds archivistiques.

Les objets conservés dans les archives témoignent de la nature particulière et unique des informations autochtones qu’elles recèlent. En maori, ces objets sont décrits comme des taonga, ou trésors, et, à ce titre, on leur prête certains attributs habituellement réservés aux êtres vivants. Il convient de reconnaître que les taonga possèdent leur propre prestige et autorité, une vitalité et un statut particuliers, ce qui tend à favoriser une forme spécifique d’interaction. Ces taonga prennent vie grâce à leur interaction avec les gens et en tant que conservateur, ou Kaitiaki, je suis idéalement placé pour apparier le bon taonga avec les bonnes personnes, aidé par l’approfondissement de mes connaissances de la langue maorie. Les savoirs que renferment les chansons, les textes de discours et de représentations conservés dans les archives sont examinés en vue de sélectionner des thèmes autour desquels pourront éventuellement être poursuivies des études maories. Les collaborateurs apprennent des formules oratoires nécessaires à l’exécution de l’accueil traditionnel, se servent de prières retrouvées dans les archives et ont appris certains faits méconnus, par exemple les raisons qui ont présidé à la composition par les femmes maories de chants puissants qui ont traversé les générations. Ce sont des récits bien connus des descendants et des groupes familiaux maoris et ils sont autant de vecteurs susceptibles de permettre une plus grande sensibilisation et collaboration communautaires. Au fil de notre apprentissage de la langue maorie à travers le fonds d’archives, nous devenons la voix de ces archives. Nous vous invitons donc à venir découvrir comment la revitalisation et la promotion de la langue maorie permettent également de redynamiser et de valoriser notre image.

Biographie

Hemi Juri : « Ko Ngā Puhi, Ngāti Kahungunu ki Te Wairoa me Tūhoe ōku iwi. Kei te noho au ki Tāmakimakaurau. Kei te mahi au kei te Archive of Māori & Pacific Sound »

Hemi Juri : « J’appartiens aux peuples Ngā Puhi et Ngāti Kahungunu qui vivent à Wairoa et Tūhoe. J’habite Auckland et je travaille aux Archives des musiques maoris et des peuples du Pacifique. »

 

b. Concevoir des services d’archives pour favoriser la numérisation du patrimoine documentaire en langues autochtones, par Kathryn Lagrandeur

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a lancé deux initiatives triennales destinées à soutenir la numérisation et la conservation du patrimoine documentaire autochtone au Canada. La première initiative, intitulée « Nous sommes là : Voici nos histoires », vise à numériser le patrimoine documentaire des fonds BAC lié aux Premières Nations, aux Inuits et à la Nation métisse du Canada. La seconde initiative porte sur le patrimoine documentaire en dehors des fonds BAC. Intitulée « Écoutez pour entendre nos voix », cette initiative a pour objet de proposer des services de numérisation d’enregistrements audio ou audiovisuels en langues autochtones au Canada.

À première vue, les deux initiatives semblent se prêter aux pratiques archivistiques courantes, à savoir la numérisation et la conservation du patrimoine documentaire, que ce soit pour en faciliter l’accès ou parce que les supports sont en péril en raison d’un manque de ressources ou d’un format obsolète. Toutefois, l’esprit de réconciliation au cœur de ces initiatives appelle une nouvelle démarche, conçue autour d’une collaboration ouverte et franche avec les Premières Nations, les Inuits et la Nation métisse du Canada. Dans cet esprit, BAC a mis sur pied un Cercle consultatif autochtone pour conseiller et orienter ces initiatives ; à la lumière de leurs observations, BAC continue à adapter son approche dans le cadre de ces initiatives archivistiques, afin de bien respecter les points de vue et besoins des personnes concernées.

En ce qui concerne le projet « Écoutez pour entendre nos voix », qui constitue l’objet principal de la présente intervention, BAC a reconnu l’importance d’établir une relation de confiance dans les services d’archives proposés aux Premières Nations, aux Inuits et à la Nation métisse du Canada, ce principe fondamental étant l’une des clés de voûte de l’initiative. Dans cette optique, BAC a recruté sept archivistes autochtones qui collaborent à l’initiative depuis leurs territoires historiques répartis dans tout le Canada. BAC cherche également à conclure des accords de collaboration avec des organisations autochtones situées dans ces territoires, susceptibles d’offrir un espace de travail aux archivistes en échange de contributions en nature à leurs propres activités archivistiques.

Cet exposé présentera dans ses grandes lignes la façon dont BAC a conçu ces initiatives et les résultats obtenus à ce jour dans le cadre du programme « Écoutez pour entendre nos voix ». Il comprendra également une analyse des aménagements apportés par BAC à ses services sur les recommandations du Cercle consultatif autochtone, des enseignements tirés et de la manière dont la prise en compte du point de vue des autochtones peut améliorer la pratique archivistique. Cette intervention est de nature à susciter un débat parmi nos collègues du monde entier sur la manière de repenser la pratique archivistique pour assurer la conservation à long terme du patrimoine documentaire autochtone.

Biographie

Kathryn Lagrandeur est directrice, responsable des Archives privées relatives à la vie sociale et à la culture au sein de Bibliothèque et Archives Canada (BAC). Elle a piloté plusieurs projets au sein de BAC, et a présidé le comité miroir canadien pour l’ISO/TC46/SC11, dans le cadre du projet exploratoire sur le patrimoine documentaire autochtone, lors de l’élaboration de dispositions pour les documents des différents services gouvernementaux canadiens et des instruments de politique en matière d’évaluation, gestion de l’information, accès et description archivistiques. Actuellement, elle dirige le projet « Écoutez pour entendre nos voix » dont l’objet est de contribuer à la numérisation des enregistrements sonores et audiovisuels dans les langues autochtones. Titulaire d’un doctorat en études françaises de l’Université de Queens (Canada), elle a présenté une thèse sur Elie Wiesel, survivant de l’Holocauste et lauréat du Prix Nobel de la Paix (1986).

c. Indigenous material - challenges and possibilities, by Ellen Røsjø - Grete Gunn Bergstrøm

The talk will be about The Sámi people and archives, appraisal and access. The new possibilities in cross-border activities as in a new Interreg project Digital Access to Sami Heritage Archives that seeks to improve the accessibility of the Sámi cultural heritage. Some methodological challenges will be discussed and the need for ethical guidelines om metadata production and publishing.

Biographies

Ellen Røsjø

Ellen Røsjø is a senior advisor in the National Archives of Norway. She is a coordinator for work with private archives in Norwegian archives, museums and libraries. She led the private archives part of the project SAMDOK (an inegrated societal documentation 2013-2017). Ellen has worked with both private and government archives and outreach since 1988, for 21 years in Oslo City Archives, for 10 years as head of the historical archives section. She was a project leader for the Oslo Multicultural Archives Project 2004-2007.

Grete Gunn Bergstrøm

Grete Gunn Bergstrøm est archiviste pour les archives samies auprès des Archives nationales de Norvège. Ses études universitaires ont eu pour objet la philosophie, la compréhension culturelle et les sciences sociales. Elle a effectué des recherches sur les savoirs traditionnels dans le contexte de la société samie moderne et s’intéresse à la recherche et à l’utilisation des archives comme source de revitalisation sociale, culturelle et politique, de formation et de développement des connaissances pour les peuples autochtones.